Hesham Hossen Hussen, l’entraîneur de l’Egypte,  ne cache pas que son équipe peut mieux faire. «Nous préparons évidemment chaque match en fonction de l’adversaire et l’équipe va monter en régime au fil des matchs. Je sais que nous allons nous améliorer au fil des matchs», va-t-il répondre à un journaliste qui s’inquiète de ce que l’Egypte, donnée favorite pour ce tournoi, n’a toujours pas eu une performance à la hauteur de ce statut.

En effet si l’Egypte a remporté son match de la 2e journée face à l’Angola, elle ne s’est pas montrée dominatrice et a été coupable d’un relâchement dans la dernière minute du match. Après avoir inscrit son 4e but par Ibrahim (7), l’Egypte va concéder deux buts inscrits respectivement par «Kaluanda» (10) et  Mario Jose Noguera Antonio (2).

Un relâchement  que l’entraîneur égyptien met sur le compte d’un déficit de concentration dont l’explication d’après lui est à rechercher dans la jeunesse de son effectif et son corollaire, le manque d’expérience. «La plupart des joueurs que nous avons ici n’avaient jusqu’ici joué qu’en Egypte. Il découvre donc la haute compétition et doivent encore apprendre beaucoup de choses. Mais ils ont le talent et jusqu’ici je suis satisfait de leurs performances», soutient  Hesham Hossen Hussen.

Ce dernier peut effectivement se réjouir de la 1ère victoire de ses poulains qui comptent désormais 4 points et débloqué leur compteur de buts, inscrivant quatre après le 0-0 de la 1ère journée face à la Libye.  Le 1er dès la 2e minute par Mostafa Rezk (6) oublié au 2e poteau et qui reprend victorieusement un ballon renvoyé par Emmanuel Manasse (12), le gardien de l’Angola.  A la 15eminute, Mostafa Mohamed (12) double la mise d’une puissante frappe juste sous la barre sur une passe en retrait de «Mizo» (13), le capitaine de cette équipe d’Egypte qui compte déjà à son palmarès deux participations en Coupe du monde de futsal (2008 et 2012).

A peine le coup d’envoi de la 2e période donnée,  Mostafa Mohamed va frapper à nouveau cette fois au ras du poteau pour le 3e but du match. L’Angola qui se sait éliminée en cas d’une nouvelle défaite va s’employer à revenir au score. Mais les joueurs angolais semblent privilégier un peu trop la solution individuelle. Une stratégie non payante comme le reconnaitra leur entraîneur, Jorge Libanio, qui évoque également comme autre raison à cette élimination, la qualité des adversaires et  les difficultés d’acclimatation de ses poulains

LAISSER UN COMMENTAIRE